Firawa Sport

Horoya AC : L’ultime chance pour Lamine et ses assistants

Depuis deux (2) ans, le Horoya AC ne sort pas de la phase de groupes de la Ligue des Champions. La dernière élimination remonte le 18 mars 2022 à Alger, où les rouge et blanc de Matam ont perdu 3-2 devant Sétif.

A l’absence du technicien sénégalais empêché de diriger les matchs de Ligue des champions pour un problème de diplôme, ses assistants Sékou Soumah “Diogo” et Issiaga Fadiga n’ont pas réussi à créer l’exploit ou la surprise pendant deux saisons (2) de suite.

En mettant la pitié au centre des choses, le Horoya AC a accepté d’évoluer pendant deux ans avec des entraîneurs sans diplôme requis pour diriger un club qualifié en campagne africaine. Cette complaisance a payé cache, puisque le demi-finaliste de la Coupe CAF en 2020 tarde à retrouver le top 4 africain après des bons parcours en 2018 et en 2019.

Le moment est arrivé pour la direction du Horoya de se réveiller et de savoir que c’est le résultat qui lie un club aux entraîneurs et non la compassion familiale.

Aujourd’hui l’indice du football guinéen est dans les mains de ce club phare de notre pays. Si les échecs se multiplient pour le Horoya AC et les autres guinéens, nous finirons par perdre les deux places obtenues récemment.

Cette année, Lamine N’Diaye sera sur le banc du Horoya en campagne africaine avec ses assistants. Ils sont désormais face à leur destin et le public sportif sera témoin de ce qui va se passer dans les mois à venir.

La cellule de recrutement est silencieuse depuis un moment. Le champion de Guinée n’arrive pas à faire signer les grands joueurs qui brillent en compétition interclubs de la CAF. Les dernières recrues du Horoya AC n’ont pas donné satisfaction. Cette cellule doit revoir sa politique de recrutement pour dénicher les oiseaux rares sur le continent.

Avec les moyens et les infrastructures à la disposition de l’équipe, le Horoya AC doit maintenant jouer pour les demi-finales et non la phase de groupes.

Lamine N’Diaye et ses assistants sont condamnés au résultat, sauf si la direction du club veut encourager la médiocrité en lieu et place de la qualité.

M. Antonio Souaré (Propriétaire du club) et le Président Soufiane Souaré doivent se passer de la compassion et demander les résultats aux employés du club.

Les amitiés ou les relations familiales ne construisent pas une société.

Quitter la version mobile